Souvent appelé “statut auto-entrepreneur,” le régime de la micro-entreprise a été créé dans le but de simplifier l’accès à l’entrepreneuriat.

Être micro-entrepreneur (anciennement auto-entrepreneur), c’est être un entrepreneur individuel d’un genre particulier. C’est opter pour un régime simplifié.

Quels sont les avantages du statut d'auto-entrepreneur ?

  1. Un régime ouvert au plus grand nombre
    Toute personne peut devenir micro-entrepreneur (auto-entrepreneur). Ce régime s’adresse ainsi aux hommes, femmes, étudiants, salariés, demandeurs d'emploi, fonctionnaires ou retraités.
  2. Une large palette d’activités
    Le régime de la micro-entreprise (auto-entreprise) est ouvert à toutes les activités indépendantes. Les seules limitations sont relatives aux activités réglementées ou activités agricoles. Il permet d’exercer son activité à titre principal ou à titre complémentaire.
  3. Des règles de fonctionnement allégées
    • La gestion fiscale et sociale est facilitée au maximum pour que le micro-entrepreneur (anciennement auto-entrepreneur) se concentre sur son activité et sa recherche de clientèle.
    • Les obligations comptables sont minimes : il suffit au micro-entrepreneur de tenir un livre des recettes et des achats.
  4. Pas de chiffre d’affaires = Pas de cotisations
    D’un point de vue des charges sociales, le régime dit du “micro-social simplifié” auquel est soumis le micro-entrepreneur (auto-entrepreneur) est simple d’application. Il cotise seulement sur le chiffre d’affaires qu’il encaisse et déclare. S’il ne fait pas de chiffre d’affaires, il n’a donc rien à payer. Il devra cependant réaliser une déclaration périodique de chiffre d’affaires, même en cas de chiffre d’affaires nul.
  5. Une fiscalité simplifiée

    Le micro-entrepreneur bénéficie du système dit de la franchise en base de TVA. Il ne facture donc pas la TVA à ses clients. Cela lui évite ainsi de tenir une comptabilité plus complexe.

    Ce système de franchise en base de TVA a cependant des limites. En effet, le micro-entrepreneur ne peut en bénéficier que si son chiffre d’affaires ne dépasse pas certains plafonds, les seuils majorés de TVA (94 300 € pour les activités commerciales, achat-vente et 36 500 € pour les prestations de service)*. En cas de dépassement de ces seuils, le micro-entrepreneur est soumis à la TVA. Il doit alors facturer la TVA dès le 1er jour du mois de dépassement du seuil majoré.

    Des questions sur la TVA ? Téléchargez notre guide gratuit !

*Ceux sont les nouveaux seuils pour 2020 qui sont valables 3 ans. L’article 293 B du CGI est toujours en attente d’actualisation à ce sujet. Les informations communiquées sont issues du site de l’URSSAF.



Le saviez-vous ?

Vous avez encore des questions sur la TVA en micro-entreprise ?

N’attendez plus et téléchargez gratuitement le guide TVA d’evo’portail : “Micro-entreprise & TVA : l’essentiel “. Toutes les infos pratiques pour décrypter les mécanismes de facturation TVA.

La TVA n’aura plus de secret pour vous !

Les cotisations obligatoires en micro-entreprise : pas de mauvaises surprises

Un système sécurisant

L’un des avantages indéniables du régime de la micro-entreprise, c’est le mode de calcul des cotisations sociales. Le régime social auquel est soumis le micro-entrepreneur (auto-entrepreneur) a été conçu de façon à lui simplifier la vie et lui permettre d’avoir une visibilité sur le montant des cotisations à payer.

C’est une spécificité du régime de la micro-entreprise. Le régime social qui est associé au micro-entrepreneur est désigné par le terme de “micro-social simplifié” ou de “micro-social”.


Ce système repose sur le paiement d’un forfait social. La méthode de calcul est simple : les cotisations sociales dues sont calculées sur la base d’un forfait social appliqué au seul chiffre d’affaires (CA) réalisé et calculé par le micro-entrepreneur.

Le plus de ce mode de calcul, c’est que le micro-entrepreneur connaît à l’avance ce qu’il paiera en cotisations sociales, en se basant uniquement sur son CA effectif. C’est donc un système sécurisant de par sa prévisibilité.

Comment calculer les cotisations sociales en micro-entreprise ?

À chaque secteur d’activité correspond un taux d’imposition. Le micro-entrepreneur calcule le montant de ses cotisations et de ses contributions sociales en appliquant ce taux à son chiffre d’affaires mensuel ou trimestriel.

Les différents taux

  • Activité de vente de marchandises commerciales / location de meublés de courte durée (BIC) : 12,80 % du CA
  • Activité de prestations de services artisanales ou commerciales (BIC) : 22,00 % du CA
  • Autres prestations de services dites libérales : 22,00 % du CA

Il faut ajouter la cotisation pour la Formation professionnelle continue qui varie, selon l’activité, de 0,1% à 0,3%.

Tableau récapitulatif des taux

Secteur d’activité TAUX
Régime micro-social simplifié
TAUX
Contribution à la formation professionnelle
TOTAL
Charges sociales
Activité d’achat/revente, de vente de denrées à consommer sur place et de prestations d’hébergement (Bénéfices industriels et commerciaux BIC) 12,80 % 0,10 % 12,90 %
Prestations de services (Bénéfices industriels et commerciaux BIC et Bénéficies non commerciaux BNC) 22,00 % 0,30 % 22,30 %
Professions libérales non réglementées (BNC) 22,00 % 0,30 % 22,30 %
Professions libérales réglementées relevant de la Cipav (BNC) 22,00 % 0,20 % 22,20 %

Bon à savoir

Il faut également ajouter une taxe pour Frais de Chambres (CCI & CMA) :

  • Pour la vente : Entre 0,007% et 0,37% du CA en fonction de votre situation
  • Pour les services artisanaux : Entre 0,48% et 0,83% du CA en fonction de votre situation
  • Activités de prestations commerciales : 0,044% du CA
  • Professionnels libéraux : Non concernés par cette taxe

Pour les commerçants et les artisans, depuis le 1er janvier 2019, le micro-entrepreneur exonéré de la cotisation foncière des entreprises (CFE) si son CA est inférieur ou égal à 5 000 €, est aussi exonéré de la taxe pour frais de chambre.

Les plus du logiciel d’evo’portail

Le logiciel d’evo’portail prend en charge la facturation avec TVA pour vos devis et factures. Il suffit de choisir le taux ou les taux à appliquer.

Les fonctionnalités du logiciel de facturation :

  • Création de factures illimitées (avec ou sans TVA), envoi par mail intégré
  • Création de devis illimités (avec ou sans TVA)
  • Création d'avoirs
  • Transformation d'un devis en facture en temps réel
  • Gestion de la TVA (différents taux disponibles)

Un régime simple mais qui a des règles à respecter

Bien que simple de premier abord, le régime de l'auto-entrepreneur soulève des questions spécifiques selon les situations de chacun :