2019 : l’année de la micro-entreprise !

Actualité du régimeActualités Par L'équipe evo'portail - Posté le 31 janvier 2019 - Consulté 13194 fois

Si “Rien ne se fait sans un peu d’enthousiasme”, écrivait Voltaire, alors la micro-entreprise a de beaux jours devant elle en cette année 2019 qui s’annonce optimiste en termes de législation ! 2018 déjà était prometteuse, avec de très bons chiffres pour l’activité des auto-entrepreneurs. 2019 amorce un nouveau tournant : de nouveaux métiers et de nouvelles perspectives pour les micro-entrepreneurs en devenir ou en activité.

Evo’portail fait le point sur les secteurs de pointe et les atouts de la micro-entreprise,  véritable statut caméléon sur le marché du travail.

 

 

 

 

 

 

 

 

I. Micro-entreprise : quels secteurs économiques à la pointe ?

 

La micro-entreprise offre un large panel d’activités que l’auto-entrepreneur peut exercer : toutes les activités artisanales, la plupart des activités commerciales et certaines activités libérales. Certains secteurs sont cependant plus porteurs que d’autres en 2019 et dans les années à venir. Evo’portail vous dresse les grandes tendances pour 2019, 2022 et l’horizon 2030.  

 

1. Les secteurs en forte hausse en 2019

 

Selon l’Insee, la dynamique de la création d’entreprise a été alimentée par le secteur du transport (+ 68%), des services aux personnes (+ 25%) et les activités immobilières (+ 19%). Le nombre total de créations d'entreprises augmente de 17% pour atteindre un nouveau record. 
La micro-entreprise ne fait pas exception à ces tendances. La croissance de la micro-entreprise en 2018 est impressionnante puisqu'elle avoisinne les 30 % (+ 28%). Elle représente 66 500 immatriculations supplémentaires. La part des micro-entrepreneurs en 2018 sur l'ensemble des créations d'entreprises est à la hausse : + 45 % soit 4 % de plus qu'en 2017.
La hausse dans le secteur des transports explose avec une croissance de + 80,5% par rapport à 2017. On constate les mêmes tendances pour les activités immobilières  (+ 37,1%), et pour la catégorie autres services aux ménages (+34,1%).

Avec les trente glorieuses, une personne qui entrait sur le marché du travail ne se posait pas de question : la société française de l’époque lui offrait un emploi à vie ou presque et ce, dans la même entreprise. Les grands bouleversements économiques de ces dernières décennies, ont modifié la donne : il faut s’attendre à changer en moyenne 5 fois de métiers dans une vie. Il est donc important d’anticiper les métiers d’aujourd’hui et surtout de demain.

 

2. Les secteurs d’avenir aux environs de 2022

 

Le rapport “Les métiers en 2022” a pour but de mettre en perspective les grandes évolutions de l’emploi et du marché du travail en France. Il a été élaboré en partenariat avec le Ministère du travail et France Stratégie qui est un organisme d’études et de prospective, d’évaluation des politiques publiques et de propositions, placé auprès du Premier ministre. Il analyse les métiers et les qualifications qui feront les emplois à l’aube de 2022. Si ce rapport s’intéresse aux secteurs d’activités pris de façon globale, les chiffres dégagés impactent également les micro-entreprises. Les grandes tendances sont également un indicateur non négligeable pour les auto-entrepreneurs.

L’étude révèle plusieurs points intéressants qui ont un impact sur la micro-entreprise :

  • Selon ce rapport, le top des 5 métiers les plus pourvoyeurs d’emploi d’ici 2022 est le suivant :

    • Agents d’entretien ;
    • Aides à domicile ;
    • Enseignants ;
    • Cadres des services administratifs, comptables et financiers ;
    • Aides-soignants.
       

Ces métiers sont clairement des secteurs porteurs pour la micro-entreprise qui se prête bien à ces activités, notamment, aides à domicile, agents d’entretien, enseignants par exemple dans  le cadre de cours à domicile, de prépa etc. Pour faire le point sur votre projet, notre équipe d’Evo’portail répond à toutes vos questions.

  • Les autres points clés :
    • Boom des services aux entreprises : les métiers de l’assurance, études et recherches, administratifs etc. sont des secteurs qui devraient dans les années à venir voir une progression importante sur le marché du travail.
       
    • Vers une société du soin : l’expression “société du care” est souvent employée pour signifier les nouveaux besoins des sociétés occidentales en matière d’accompagnement. Les besoins en termes de garde d’enfants, de soins aux personnes âgées et de prise en charge des personnes dépendantes ou chroniquement malades ont augmenté en raison de l’allongement de la durée de vie et des avancées médicales qui permettent de maintenir en vie des personnes souffrant de blessures ou de maladies graves. Les métiers du soin et d’aides aux personnes dépendantes sont un créneau porteur en matière de création d’emploi. Ce secteur assez féminisé est une opportunité pour les auto-entrepreneuses et auto-entrepreneurs. Le développement des soins à domicile est de plus en plus soutenu par l’Etat qui voit là à la fois un moyen de se désengager et de faire des économies tout en promouvant ce secteur d’activité.
       
    • ​Progression de la part des femmes dans l’emploi global : selon le rapport, la part des femmes dans l’emploi global devrait augmenter de 2 points,  “pour arriver à 49,1% en 2022”. Cette augmentation s’explique en partie par une “progression dans les métiers les plus qualifiés”.
       

Ces tendances viennent confirmer un écosystème en mutation qui est en train de se mettre en place en France. Anticiper ces changements permet à chaque auto-entrepreneur déjà en activité ou en devenir à prendre les bonnes décisions. En tant que micro-entrepreneur, vous pouvez bénéficier de droits à la formation. N’hésitez pas à contacter l’équipe d’Evo’portail pour un décryptage de vos droits à la formation professionnelle.

Comprendre les évolutions des métiers recherchés par les entreprises, c’est répondre aux demandes futures de vos clients. Cela suppose d’avoir un regard sur le futur plus ou moins proche. 2030 n’est finalement pas si loin, il est important de faire évoluer les activités de sa micro-entreprise pour être toujours en phase avec le monde du travail.  

3. Des emplois à inventer à l’horizon 2030


Les métiers du service à la personne semblent avoir encore de beaux jours devant eux, et le régime de la micro-entreprise répond parfaitement à ce segment d’activité économique. Cependant, le futur reste à inventer en matière d’emploi. Le développement de l’intelligence artificielle, des robots, de la réalité augmentée ou virtuelle, des données dématérialisées et de façon plus  large de toutes les nouvelles technologies promet l’émergence de nouveaux métiers que nous ne soupçonnons pas encore.
Une étude menée conjointement par Dell et “l’Institut pour le Futur”, think thank californien estime que 85 % des emplois en 2030 ne sont pas encore connus. Et 2030 n’est finalement pas si loin : à peine plus d’une décennie.

Le second élément que pointe ce rapport est la mobilité. La mobilité professionnelle semble être la projection d’un autre changement majeur. Il semblerait que dès 2030, la mobilité professionnelle sera de rigueur. Modularité et adaptabilité sur le marché du travail seront des éléments clés pour réussir. L’adaptation et un apprentissage permanent seront essentiels dans ce nouveau marché du travail envisagé par cette étude.  Psydesigner, éthicien, Directeur des Ressources Robotiques (DRB), etc. autant de métiers qui feront peut-être partie du paysage économique de demain.

Là encore, le statut de la micro-entreprise peut tirer son épingle du jeu. Sa flexibilité et sa liberté en matière de gestion de l’activité peut parfaitement convenir aux nouveaux métiers du numérique.
 

II. Micro-entreprise , un statut plus que jamais incontournable



Créé en 2008 et mis en oeuvre en 2009, le régime de l’auto-entreprise a traversé une décennie sans encombre. Sa réussite tient à la souplesse de sa mise en oeuvre et son côté caméléon. Le gouvernement actuel entend bien continuer à promouvoir ce statut pourvoyeur d’emplois.

1. Un statut attractif

 

  • ​La micro-entreprise couvre un large spectre d’activités.
  • Ce régime est caractérisé par des formalités administratives et comptables allégées : une franchise en base de TVA (sous conditions de seuils) avec une comptabilité allégée.
  • Une flexibilité : la possibilité de cumuler avec d’autres formes juridiques. Il est tout à fait possible d’être salarié d’une entreprise ou fonctionnaire et d’avoir une activité de micro-entreprise en complément.
  • Une simplicité dans le traitement fiscal et social : les charges sociales sont calculées en fonction du chiffre d’affaires réalisé sur la base d’un taux forfaitaire. Il n’y a donc pas de surprise.

2. Auto-entrepreneurs : des profils variés

 

Il y a autant de micro-entreprises que de profils auto-entrepreneurs. On trouve à la fois :

  • des femmes et des hommes ;
  • de jeunes diplômés voulant se lancer dans l’aventure de l’entrepreneuriat ;
  • des salariés voulant développer une activité complémentaire sans pour autant lâcher leur première activité ;
  • des seniors, retraités voulant arrondir leur revenu ;
  • des chômeurs créant leur propre job.

3. Les dernières mesures législatives encourageantes

 

Le gouvernement mise sur le développement de la micro-entreprise pour booster la création d’emploi. Les dernières mesures législatives prises en ce début d’année 2019 en sont une preuve. On observe en effet un nouvel allègement quant aux modalités d’exercice de ce régime.

  • Exonération de la Cotisation foncière des entreprises (CFE) si le chiffre d’affaires annuel est inférieur à 5 000 € ;
  • Eligibilité de tous les auto-entrepreneurs à l’ Aide aux chômeurs créateurs ou repreneurs d'entreprise (ACCRE) ;
  • Mise en place d’une allocation des travailleurs indépendants sous conditions.

De nouvelles mesures sont aussi en préparation :

  • Fin du Stage de Préparation à l’Installation (SPI) obligatoire ;

  • Suppression d’un compte bancaire dédié pour les auto-entrepreneur, sous conditions ;

  • Alignement du congé de maternité des indépendantes sur celui des salariées.

Ces avancées pour la micro-entreprise, réclamées depuis longtemps sont particulièrement encourageantes. La conjoncture actuelle est plus que favorable pour développer son projet de micro-entreprise.

 

La vocation, c'est le bonheur d'avoir pour métier sa passion” (Stendhal), n’est pas qu’une phrase de roman, elle devient réalité au travers de la micro-entreprise. Chaque personne peut faire de sa passion, son métier, grâce à ce statut qui sait s’adapter à un nombre immense de situations professionnelles. N’attendez plus et faites de vos envies une réalité. Toute l’équipe d’Evo’portail se tient prête pour accompagner chacun de vos projets pro.

 

Sources :