Ces auto-entrepreneurs qui cumulent plusieurs métiers

Actualité du régimeActualités Par L'équipe Evo'Portail - Posté le 3 octobre 2016 - Consulté 4972 fois

Connaissez-vous les slashers ?

Ces travailleurs peuvent aussi être qualifiés de “pluri-actifs”. Ils exercent plusieurs activités professionnelles en même temps.

Pour l’anecdote, le terme “slasher” est un anglicisme qui désigne le séparateur “/” sur leur CV. Par exemple :

  • Chef de produit / photographe,
  • Consultant RH / auteur pour enfant,
  • Comptable / prof de yoga / VTC…

Ces nouveaux travailleurs combinent généralement un emploi dit « de raison » à un métier « de passion ».

Dans le cadre du salon des micro-entreprises 2016une étude publiée le 30 août dernier révèle la montée en puissance de ces travailleurs à multiples casquettes.

Zoom sur cette nouvelle génération d’auto-entrepreneurs.

 

Qui sont-ils ?

En 2016, ils sont plus de 4 millions de Français à cumuler plusieurs vies professionnelles, soit 5% de plus que l’année passée (Etude réalisée pour le Salon des micro-entreprises 2016).   

S’ils sont de tout âge et de milieux sociaux très différents, ces travailleurs s’inscrivent dans la nouvelle génération d’actifs qui refuse de se conformer aux règles du salariat traditionnel.

 

  • La “Génération Y” bouscule les codes du travail :

L’élan est donné par ces jeunes de moins de 30 ans qui représentent 22% des slashers : ultra-connectés et zappeurs dans leur vie quotidienne, passer d’un métier à un autre leur permet de s’évader et de s’aérer l’esprit. Une grande partie des jeunes subit le travail à temps partiel. Mener une vie de slasher est un moyen d’augmenter ses revenus pour 73% d’entre eux. Ils sont étudiants, en contrat d’apprentissage ou livreurs à domicile.

  • Les Quadras et Quinquas en quête d’épanouissement

Les travailleurs plus aguerris, qui ont fait l’expérience d’un salariat stable et gage de sécurité pour leur famille, effectuent un virage dans leur carrière généralement lorsque leurs enfants prennent leur indépendance. Il est fréquent d’observer alors un désir de reconversion axée sur une quête d’un épanouissement personnel.

 

Pluri-actifs : une vocation ?

L’étude confirme la tendance puisque 70% des pluri-actifs déclarent exercer plusieurs activités par choix de vie et non par contrainte économique.

On retrouve comme principales motivations chez les pluri-actifs :

  • Volonté d’augmenter ses revenus,

  • Souhait de vivre de sa passion,

  • Désir de devenir son propre patron.

 

https://lh6.googleusercontent.com/vvGic1n1rI0T3CcvZws7NNP83kPfs9N8-NpNFO-IsL9gClD1kqSaUi14Wxj3PsIB2hxGRzBgF1y_QTxK85QnH1WGvRjEY7HW8BNbW4huGByWTdZqdDGFKCdDzC54MxQbdKoOvf8w

https://lh4.googleusercontent.com/LRcQUhMroHFwopPn_aJVDM-MI2Oex18lkphY7r7VB532kuGkfKzhp596ZgaEQATRL7Pn1oLQS40t0G4ZTpkGyQkTR_4KOuXaRuS_V3SKxXBDQ1WZcY7rX9RY_I-4E_KRkYmhzMIi

 

Quels facteurs pour expliquer ce phénomène ?

 

  • Le statut d’auto-entrepreneur : Avec la mise en place du régime micro-entrepreneur en 2009, exercer une activité complémentaire de manière légale est devenue plus facile grâce à des démarches, une gestion et des cotisations allégées. Ce statut est ouvert à tous types d’activités et donne accès à une multitude de métiers, avec un minimum d’investissement au démarrage.

  • Les plateformes numériques : À l’ère de l’ubérisation de l’économie, de nombreuses plateformes collaboratives facilitent la mise en relation avec des clients potentiels.

  • La technologie : L’utilisation d’internet, du télétravail et des smartphones s’est largement démocratisée, avec l’apparition d’applications permettant d’augmenter sa productivité. Il est aujourd’hui possible de travailler n’importe où, ce qui facilite le travail des slashers qui combinent bien souvent métier de “bureau” et activité nomade.

 

L’enquête réalisée pour le Salon des Micro-Entreprises révèle que 34% des pluri-actifs consacrent au moins 10h par semaine à leur deuxième activité.

Cette pluriactivité amène une mutation des formes du travail difficile à normer et à encadrer. L’enjeu est d’apporter une certaine souplesse tout en protégeant les travailleurs.


 

Quid du cumul d’activité ?

Avant de se lancer dans une activité complémentaire, le salarié doit s’assurer des conditions de cumul des activités. Il est recommandé de bien se renseigner auprès d’experts du régime auto-entrepreneur avant de déclarer son activité, et éviter ainsi une perte de temps et des frais inutiles.

Pour cumuler plusieurs activités, voici les points d’attention à respecter pour le salarié et auto-entrepreneur :

 

  • La durée du travail : le salarié doit disposer d’assez de temps pour son activité d’auto-entrepreneur sans négliger son emploi salarié. L’important est de garantir une organisation optimale pour ne pas se mettre dans une situation délicate auprès de son employeur.

  • L’obligation de loyauté : cela signifie que le salarié ne peut exercer une activité concurrente à celle de son employeur tant qu’il est lié contractuellement.

  • La clause d’exclusivité : il faut vérifier qu’il n’existe pas une clause d’exclusivité dans le contrat de travail du salarié lui interdisant d’exercer une seconde activité. Ce type de clause est généralement présente dans des contrats de cadre. Elle peut être négociée avec l’employeur pour être levée.

  • Le congé maternité et le congé parental : il n’est pas possible de créer une micro-entreprise lors d’une période de congé maternité ou congé parental d’éducation. Le salarié devra attendre la fin de cette période temporaire pour démarrer une activité complémentaire sous ce statut.

 

Pour plus d’infos, consultez notre dossier :

 

A noter que les cotisations versées au titre d’auto-entrepreneur s’ajoutent en complément de celles versées pour l’activité principale de salarié.

Pour connaître les modalités exactes de règlement de vos cotisations fiscales et sociales selon votre activité, vous pouvez vous adresser au service Assistance Administratif d’Evo’Portail et consultez l’article : « Comment cotiser à la retraite en tant qu’auto-entrepreneur ».

 

Est-il possible de créer plusieurs micro-entreprises ?

Un auto-entrepreneur ne peut créer qu’une seule micro-entreprise même s’il exerce plusieurs activités distinctes sous ce régime. Cela pour éviter de contourner les seuils de chiffre d’affaires applicables, en répartissant les activités sur plusieurs structures pour bénéficier d’un régime plus favorable.

Chaque auto-entrepreneur peut donc exercer aussi bien une activité commerciale ou de service, ou les deux à la fois mais il ne constituera qu’une seule et même micro-entreprise.

En complétant son formulaire d’inscription, l’auto-entrepreneur doit alors déclarer son activité principale (« le conseil » par exemple) puis indiquer son activité secondaire (« la vente » par exemple). L'auto-entrepreneur peut exercer au maximum deux activités au sein de sa micro-entreprise.

Attention cependant à respecter les différents seuils de chiffre d’affaires établis pour chaque type d’activité. Pour vous assurer d’être en règle avec la législation, vous pouvez vous renseigner auprès des conseillers Evo’Portail. Il vous guideront au mieux dans vos démarches.

 

Sources & éléments de référence

Etude menée sur internet en Mai 2016 pour le Salon SME par Créatests – 
1 000 répondants - Echantillon représentatif de la population française des 18-65 ans selon la méthode des quotas 
www.salonsme.com/telechargements/Salon-SME16-CP_Slashers.pdf
Infographie issue du Dossier de Presse Salon SME 2016