Portrait : A 25 ans, il quitte un emploi cadre pour une Auto-Entreprise.

EntrepreneuriatGérer mon Auto-Entreprise Par Ludovic Badeau - Posté le 5 février 2015 - Consulté 16836 fois

Morgan a 25 ans. En sortant de l’école à l’âge de 22 ans, il a très rapidement été embauché dans les grands magasins parisiens en tant que cadre. Mais très vite, il a voulu vivre de ses envies même s’il a fallu renoncer au confort, à la sécurité et la paie assurée. C’est donc à 24 ans qu’il a décidé de lancer sa brocante vintage, « MAISON VINGTROIS », sous le régime de la SARL. Mais très rapidement, débordé et stupéfait par la paperasse et les charges qui n’en finissent plus, il décide de fermer sa société au profit d’une auto-entreprise. Rencontre avec ce jeune entrepreneur qui n’a pas peur et qui ne souhaite qu’une chose:  « que créer reste simple ! » :

Morgan, vous gérez une boutique vintage… pouvez-vous en dire plus :

« C’est une brocante en ligne (www.maisonvingtrois.com), et je participe très souvent à des marchés parisiens. J’ai le goût des meubles vintages depuis longtemps. Je récupère des meubles des années 50 et 60 puis je les restaure tout en sachant que j’apporte une touche adaptée à notre époque, notamment en ce qui concerne les couleurs. »

Quelques images du travail de Morgan

    

Vous avez fermé votre SARL pour ouvrir une auto-entreprise, pourquoi ?

« Pour plusieurs choses : les charges provisionnelles, les frais de comptabilité, l’édition des statuts, les cotisations illisibles, la lourdeur administrative et j’en passe. J’ai été littéralement écœuré. En fait, pour pouvoir faire vivre correctement mon SARL j’étais obligé de générer un chiffre d’affaires plus que conséquent. J’ai donc très rapidement dit stop et je me suis dirigé vers le statut auto-entrepreneur, tellement plus simple, tellement plus clair. J’espère d’ailleurs que la simplicité de l’auto-entreprise sera prise en exemple pour faire évoluer les autres statuts. »
 

" J’ai renoncé à la sécurité d’un emploi
pour être libre"

 

Vous avez quitté un emploi de cadre pour entreprendre… n’est-ce pas risqué ?

« J’ai mûrement réfléchi avant de sauter le cap, le fait que je ne sois plus en adéquation avec les choix de ma société m’a aidé… donc j’ai démissionné. Et puis, on a qu’une vie. J’ai envie de faire ce que j’aime dans la mesure du possible. Peut-être qu’un jour je redeviendrai salarié, on verra. Pour l’heure je me sens libre et épanoui. J’ai renoncé à la sécurité d’un emploi pour cette liberté et cet épanouissement, jusqu’à maintenant sans regret. »

"Je vends des dizaines de meubles par mois"

Combien gagnez-vous avec Maison Vingtrois ?

« J’arrive à vivre de mon activité, j’ai la chance de vendre des dizaines de meubles par mois. D’ailleurs, je ne compte pas me développer davantage si la simplicité ne touche pas les autres statuts. J’ai donné. Après tout, je préfère vivre avec un peu moins, mais que la gestion reste claire et lisible. »

Et plus précisément… quel est votre revenu mensuel moyen ?

« Que vous êtes curieux ! Je me tire une rémunération d’environ 1800 euros par mois. Mon chiffre d’affaires est forcément un peu plus important, mais j’ai des coûts récurrents car il faut dépenser de l’argent pour acheter les meubles et les fournitures pour les restaurer… »

Donc, vous plébiscitez franchement l’auto-entreprise ?

« Oui pour la simplicité, non pour les limitations de chiffre d’affaires et l’absence de possibilité de déduire mes frais. Je trouve cela « trop bridé ». En plus, j’ai le sentiment que l’auto-entreprise va en se compliquant avec le temps et je ne trouve pas que cela soit rassurant pour l’avenir. Nos politiques doivent penser « Pourquoi faire simple quand on peut faire compliquer ? » (Sourire)… »

Si je comprends bien, vous pourriez vivre sous le régime auto-entrepreneur « très longtemps » :

« Bien sûr ! Je fais ce que j’aime, je passe la plupart de mon temps à restaurer et à vendre mes meubles plutôt qu’à faire de la gestion… et en plus j’arrive à me tirer une rémunération correcte. Je ne ressens pas l’envie de me développer ou bien de retrouver un emploi salarié même si je gagnerai sûrement mieux ma vie. Par contre, j’ai peur pour ma retraite si je reste indépendant toute ma vie… Je vais donc bien analyser la question ! Pour l’heure, je suis très bien en auto-entrepreneur. »

"Je n'ai pas de budget communication,
c'est la débrouille"

Comment faites vous votre publicité ?

« D'abord, je suis très présent sur les réseaux sociaux et notamment Facebook ou j'anime activement ma page. Plus de gens "likent" plus ma promo est vue, donc j'essaie d'être original, drôle, etc. Ensuite, je suis très présent sur les marchés, les brocantes, donc la aussi j'en profite pour vendre et me faire connaitre. Je n'ai pas de budget communication, donc c'est la débrouille. En gros, un bon site web, une présence sur les réseaux sociaux et du terrain pour aller à la rencontre de ma cible.»

Un peu de pub pour Maison Vingtrois ?

« Avec plaisir ! Maison Vingtrois ce sont des meubles personnalisés, non standardisés, chaque meuble est unique. Ils ont chacun plus de 50 ans d’histoire tout en étant dans l’air du temps. Evidemment, je vous dirai qu’ils sont magnifiques mais le mieux ne serait-ce pas que vous veniez les voir sur mon site  www.maisonvingtrois.com ? En plus, pour les lecteurs de cet article j’offre 7% à la commande, il suffira de me donner le mot de passe « EVOPORTAIL » Vous aimez le vintage ? Vous allez adorer Maison Vingtrois ! »