Les autoentrepreneurs cibles d'arnaques

Actualité du régimeDivers Par Ludovic Badeau, fondateur et directeur d'Evo'Portail - Posté le 20 octobre 2014 - Consulté 14726 fois

Ce n'est pas un secret : les auto-entrepreneurs sont régulièrement la cible d'arnaques en tout genre. La plus connue est sans doute l'envoi d'un courrier, juste après la réception du Siret, réclamant quelques centaines d'euros : - Registre des fichiers d'entreprises - InfoSiren - Id-TVA.org - etc. Évidemment, que ce soit le nom ou le style du courrier, tout est fait pour le rendre la plus officiel possible, histoire de faire penser qu'il s'agit de services obligatoires. En réalité, ce sont (évidemment) des services privés et pour le moins inutiles. Mais bien avant de recevoir leur Siret, les auto-entrepreneurs sont déjà la cible d'arnaques très couteuses. Explications.

Des arnaques à plus de 1000 euros lors de l'inscription en auto-entrepreneur

Avant même d'être auto-entrepreneur, les français intéressés par ce régime sont la cible d'escroqueries qui peuvent coûter très cher ! La dernière en date « Auto-Entrepreneur.co » :

 

Là, le porte-monnaie des victimes est bien attaqué puisque ce site facture l'inscription auto-entrepreneur plus de 1188 euros ! Évidemment, le montant réellement facturé n'est pas indiqué sur la page de paiement :

 

 

 

 

(Capture d'écran de la page de paiement)

 

 

Seulement 9.90 euros ? Non, en réalité, au-delà de 14 jours, sans action de la part du client, ce sont 99 euros x 12 qui seront débités de la carte bancaire, soit 1188 euros. Un investissement lourd pour un site qui n'apporte aucune valeur ajoutée, pire, qui n'aborde même pas les questions essentielles pour s'inscrire, comme l'ACCRE (aide à la création) ou l'impôt libératoire. A noter aussi, l'absence de cryptage, l'internaute entre donc ses coordonnées bancaires sur une page non sécurisée.

 

Des escrocs toujours plus rusés pour contourner la vigilance de Google, Bing et Yahoo :

Évidemment, les moteurs de recherches comme Google essaient d'empêcher ce genre de site d'être visible et donc de faire des victimes. Mais les escrocs font preuve d'une imagination sans limite pour contourner leur vigilance. Par exemple, « htpp://auto-entrepreneur.co » ne pourrait pas acheter un emplacement publicitaire sur Google, Bing ou Yahoo directement, les arnaqueurs du net détournent donc le problème en faisant la promotion d'un autre site, en apparence irréprochable, mais qui renvoie vers le site malhonnête. Observez la ruse : 1- Tapez « auto-entrepreneur » dans le moteur de recherche Google ; 2- Vous découvrez, parmi plusieurs annonces :


 

3- Vous arrivez sur un faux moteur de recherche (www.enlignefr.org) qui n'a d'autre but que de mettre en avant une annonce qui renvoie vers le site escroc :

 

 

4- Vous cliquez sur l'annonce du faux moteur de recherches puis le piège se referme.

 

Faire opposition au paiement

Les victimes de sites web comme « auto-entrepreneur.co » peuvent facilement faire opposition, et pour cause, le site en question ne reprend pas sur sa page de paiement le montant effectivement prélevé, ce qui entre dans les motifs d'opposition à un paiement : « L'utilisateur de la carte a donné son accord pour un paiement sans en connaître le montant exact (coordonnées de carte bancaire fournies à un hôtel pour couvrir une facture finale au montant non fixé à l'avance, par exemple) » Plus largement, les victimes de ses sites peuvent faire valoir être la cible d'une escroquerie : « L'utilisateur de la carte apporte des éléments tendant à démontrer qu'il est victime d'un vol, d'un abus de confiance ou d'une escroquerie de la part du bénéficiaire du paiement. »

La Fédération des auto-entrepreneurs très attentive au problème

Grégoire Leclercq est très remonté contre ces arnaques : « On passe beaucoup de temps à lutter contre toutes ces escroqueries. L'administration manque de moyens dans sa lutte. S'agissant des moteurs de recherche comme Google, ils manquent parfois de réactivité face à nos alertes mais restent très soucieux de ne pas envoyer les internautes vers des sites frauduleux. Ainsi, on arrive régulièrement à stopper la pub de sites qui veulent vous faire payer des fortunes pour devenir auto-entrepreneur. Là, nous attendons qu'ils stoppent la promotion de « enlignefr.org » qui n'a qu'un seul but : renvoyer les internautes vers « http://auto-entrepreneur.co », sombre arnaque à 1200 euros !! 1 mois de salaire !! C'est invraisemblable. J'espère que les escrocs liront cet article, l'occasion pour moi de leur dire qu'ils auront toujours la fédération sur le dos dès lors qu'ils continueront à vouloir extorquer les auto-entrepreneurs ! ».

Des sièges sociaux aux quatre coins du monde

Naturellement, il est très difficile pour un plaignant d'obtenir réparation en justice car ces sites utilisent des sièges sociaux qui changent périodiquement. De Las Vegas à Berlin, en passant par Londres ou New-York, les escrocs domicilient virtuellement leurs entreprises un peu partout. Un moyen de brouiller les pistes et de décourager les plaignants. S'agissant de « http://auto-entrepreneur.co » il est exploité par GROUP AEO LIMITED, société étrangère basée en Irlande. Reste une question : quelle banque accepte de travailler avec ces sociétés occultes pour l'encaissement des cartes bancaire ? Une banque pas très regardante, à priori.