Sylvia Pinel, le CV

Actualité du régimeActualités Par L'équipe Evo'Portail - Posté le 5 août 2013 - Consulté 6571 fois

Lorsque l'on quitte le statut de politique anonyme pour rejoindre subitement celui de politique exposé, c'est souvent qu'un propos ou un projet de loi a fait réagir. Soudainement, beaucoup commencent à s'intéresser au parcours du personnage, non pas qu'ils espèrent y trouver quelque chose d'extraordinaire, mais simplement un élément qui puisse peut-être les rassurer sur sa légitimité à intervenir sur tel ou tel sujet. C'est le cas de Sylvia Pinel, plus connue localement qu'au niveau national encore récemment, elle profite aujourd'hui d'une exposition, pas pour son talent, mais pour ses projets et notamment à propos du régime auto-entrepreneur. C'est dans cette logique que nous vous proposons de découvrir, en toute objectivité, le curriculum vitae de cette dernière, et de juger, par vous-même, de sa légitimité à traiter des questions d'entreprise.

Originaire de Haute-Garonne, Sylvia Pinel, est une fille d'agriculteurs, diplômée en droit. Sa carrière en politique débute en 2002 lorsqu'elle commence à travailler pour Jean-Michel Baylet, Président du Conseil Général de Tarn-et-Garonne mais également PDG du groupe de presse La Dépêche et président du Parti Radical de Gauche (PRG), mouvement politique auquel Sylvia Pinel va se rattacher.

Déclarant elle-même avoir beaucoup appris auprès de Jean-Michel Baylet, Sylvia Pinel devient députée de Tarn-et-Garonne en 2007, battant Jacques Briat (UMP), et s'empresse alors d'obtenir la Ligne à Grande Vitesse reliant Bordeaux à Toulouse. Un projet de grande ampleur et de premier ordre, validé en mars 2012, et le seul préservé après le récent report des grands travaux publics. Plus jeune femme de l'Assemblée Nationale a son arrivée, Sylvia Pinel ne va pas tarder à se faire repérer : s'intéressant principalement aux questions de justice et de sécurité sociale, elle fait partie des 6 députés de Gauche à ne pas avoir soutenu la Loi Hadopi et a signé « l'appel pour un pacte unitaire de progrès » pour rassembler la Gauche en prévision des présidentielles de 2012. Elue Conseillère Régionale de Midi-Pyrénées en 2010 et Présidente de la Fédération Départementale du PRG de Tarn-et-Garonne en 2011, elle rejoint l'équipe de François Hollande pour sa course à la Présidence.

L'élection législative du Tarn-et-Garonne remportée en juin 2012 lui donne son ticket pour rester au Gouvernement de Jean-Marc Ayrault et le 21 juin 2012, Sylvia Pinel arrive à la tête du Ministère de l'Artisanat, du Commerce et du Tourisme, elle ne tarda pas à s'attaquer aux auto-entrepreneurs, comme s'il s'agissait d'une priorité absolue.

Fin 2012, elle augmente les cotisations des auto-entrepreneurs avant de débuter, début 2013, une campagne pour modifier ce régime. Cette dernière souhaitait limiter le plafond des revenus de l'auto-entrepreneur à 10 000 € de chiffre d'affaires annuel. Si ce seuil était franchi deux années de suite, les auto-entrepreneurs devraient alors changer de statut et adopter celui de l'entrepreneur « classique ». Désavoué par le gouvernement auquel elle appartient, les nouveaux seuils proposés devraient être plus élevés : 19 000 euros pour le service, 47 500 pour la vente de produits.